Reformation ou dernier cadeau ?

Publié le par T.M

31079_125597724133579_100000500575492_253965_6078304_n.jpg

Comme vous le savez tous, les cinq membres des Strokes préparent depuis quelques mois un 4ème album, normalement prévu pour début 2011 (Janvier - Mars). La manière de travailler a changé, et elle est pour le moins étrange, dans la mesure où le groupe est divisé entre les musiciens et Julian Casablancas. Ce dernier a en effet décidé de laisser les autres membres prendre plus de responsabilités dans la création du projet de groupe. Avec ce système peu ordinaire, où peut mener cette reformation ?

 

Julian Casablancas ne le cache pas, l'argent est et a toujours été une grande source de motivation pour le groupe. Avec des propositions pharaoniques pour des festivals d'été, et les retombés qu'engendreront l'album solo et la future tournée, beaucoup d'argent est en jeu pour le groupe. Si le succès est au rendez-vous, l'avenir du groupe pourrait être éclairé d'un magnifique soleil ressemblant étrangement à un dollar gigantesque. L'argent n'est pas la plus belle chose, mais au moins il y aurait un semblant d'avenir. Mais même avec le succès au bout de leurs notes, la gloire obtenue pourrait être suffisante pour vouloir supprimer définitvement le groupe et ainsi éviter de le cramer et le faire tomber dans la catégorie des groupes qui décoivent.

 

Et si le disque est un échec cuisant? Manque d'argent, énervement par rapport à la perte de crédibilité, remise en question totale sur le groupe et eux-mêmes. L'avenir du groupe serait encore pire que le futur cinématographique de Night Shyamalan. Surtout qu'ils ont pour la plupart une assurance derrière, celle de l'aventure solo. Bien sûr, une défaite des Strokes serait une défaite pour chacun des cinq personnages. Mais que ce soit pour Albert Hammond Jr ou pour Julian Casablancas, le succès personnel ne fait que commencer.

 

Il est donc impossible de connaître la suite pour notre groupe. Contentons-nous d'attendre le prochain album, et écoutons leurs oeuvres quotidiennement afin de ne jamais oublier le sens du mot : Rock.

Publié dans The Strokes

Commenter cet article